L'Europe censure Internet

L’U.E prépare un texte portant atteinte à la liberté d’expression sur le réseau mondial. Au nom de la lutte contre le terrorisme, cette loi européenne prévoit de censurer tout propos pouvant nuire aux « structures politiques, constitutionnelles, économiques ou sociales fondamentales d’un pays » ou « causer des destructions massives […] à un lieu public ou une propriété privée, susceptible […] de produire des pertes économiques considérables ».

Au moment où les Gilets Jaunes sont en pleine révolte, ce texte pourrait permettre de censurer des mouvements sociaux, des groupes militants ou des boycotts sur les réseaux. Des appels à occuper une place publique réputée (Les Champs-Elysées), une raffinerie ou un centre commercial pourraient ainsi être considérés comme des « actes terroristes », la définition donnée par le texte étant tellement vague. Si le contenu est jugé illicite, il sera définitivement supprimé (cf. image ci-dessous).

Avec une interprétation aussi large de cette définition, un appel à la grève générale ou au boycottage de certains produits pourrait également être considéré comme des « infractions terroristes ».

Marne, militante à La Quadrature du Net 

Par ailleurs, cette censure s’exercera sans l’aval d’un juge. L’autorité sera ainsi déléguée aux GAFAM sous pression du pouvoir exécutif : Facebook sera seul juge pour déterminer si un contenu est légitime ou non, et la police aura le droit de prendre le relais si la plateforme ne s’exécute pas dans l’heure. La loi prévoit également de s’étendre à l’ensemble du web : du simple forum aux médias, tout le monde devra s’aligner.

Ce texte risque de faire basculer Internet vers un contrôle arbitraire, sans recours possible à la justice. De nombreuses associations militantes ont déjà lancé l’alerte, notamment La Quadrature du Net qui se bat pour annuler ce règlement. D’autres acteurs ont montré que le droit français encadrait suffisamment les contenus illicites en ligne : « Depuis des années, les États membres ont adopté de nombreux textes pour combattre ou prévenir la délinquance ou la criminalité en ligne. La France par exemple a mis en œuvre un système de blocage ou de déréférencement administratif des sites faisant l’apologie du terrorisme en février et mars 2015. ».

Au vu des dangers liberticides et des outils juridiques déjà en place, on peut se poser la question sur le réel objectif de cette loi. Internet a été construit pour favoriser l’émergence d’une personnalité démocratique dans chaque pays, son but était de contrer le fascisme et toutes formes de dérives autoritaires. Ce texte est un contre-sens dans l’histoire du net.   



 
quadraturedunet.png
 
Line-up